Partager sur

👤Chloé ARTAUD

💼Consultante CIR en IT

👩‍🎓Docteure en IT spécialisée en Traitement automatique des langues

Le 9 février dernier, Chloé a participé à un évènement privé organisé par l’Université de Lorraine qui avait pour but l’accompagnement des futurs docteurs dans la poursuite de leur carrière professionnelle.

Très engagée sur la question de l’intégration des chercheurs en France, nous vous proposons de découvrir le portrait de Chloé.

> Peux-tu nous présenter ton parcours ?

J’ai tout d’abord fait une classe préparatoire en Lettres et Sciences Sociales puis un master en traitement automatique des langues. Ensuite, j’ai réalisé un doctorat en Informatique spécialisé en Traitement automatique des langues à l’Université de la Rochelle que j’ai soutenu en 2019. J’ai beaucoup aimé ce parcours car, ne voulant pas me spécialiser en sciences « dures », c’était une parfaite balance entre l’aspect littéraire (avec la compétence linguistique) et l’aspect scientifique.

Après avoir soutenu ma thèse, je ne savais pas vraiment comment m’orienter. Je ne voulais pas un métier trop technique mais, je souhaitais tout de même rester dans le monde de la R&D. J’ai donc fait un post-doctorat à l’Université jusqu’à fin 2019.

C’est en janvier 2020 que j’ai rejoint la grande famille FI Group comme Consultante CIR en IT. 

> Pourquoi avoir fait un doctorat ?

Après mon master, je ne savais pas quoi faire. Au début, je voulais faire une thèse CIFRE dans une entreprise spécialisée en IT mais, cela n’a pas abouti. J’ai donc décidé de faire un service civique en attendant de trouver une nouvelle opportunité dans le monde de l’Intelligence Artificielle.

Au cours de cette année-ci, j’ai vu une offre de thèse  à La Rochelle qui était intéressante. Je n’avais pas de motivation particulière pour faire un doctorat, mais l’offre et le sujet étaient intéressants, alors je me suis lancée.

> Qu’est-ce que le doctorat t’apporte dans tes fonctions quotidiennes ?

De l’autonomie. En tant que Consultante, je me dois d’aller chercher l’information, de la comprendre par moi-même et de poser les bonnes questions.

> Si tu pouvais décrire ton emploi en 3 mots, lesquels choisirais-tu ?

Découverte (pour l’aspect client, mais aussi tous les nouveaux sujets que je découvre et les connaissances que j’acquière) et flexibilité. C’est difficile de trouver trois mots, ce qui est certain, c’est que les Docteurs n’aiment pas être concis !

> Qu’est-ce qui t’a motivé à participer au webinar organisé par l’Université de Lorraine qui avait pour thème « Les carrières dans le conseil » ?

Je voulais être au contact des doctorants et des Jeunes Docteurs, parce qu’ils n’ont pas toujours assez de distance pour comprendre qu’ils ont des compétences au-delà du sujet de leur thèse. Mon souhait est de leur faire prendre conscience que toutes leurs connaissances et leurs savoirs sont valorisables dans beaucoup de métiers. En plus, lors d’un doctorat, on acquiert de l’autonomie et de l’adaptabilité. Ces qualités sont très recherchées par les employeurs.

> As-tu des conseils pour les futurs docteurs ?

Mon principal conseil est qu’il faut être ouvert, à l’écoute des différentes opportunités et voir plus loin que le public. Et, surtout, il ne faut pas avoir peur d’aller vers l’inconnu.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à suivre les pages Linkedin et Twitter FI Match et vous inscrire à la newsletter !